Le coffret des savoirs (Claude-Aimé Motongane) - prix Fondcombe 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le coffret des savoirs (Claude-Aimé Motongane) - prix Fondcombe 2010

Message par Admin le Mer 25 Nov - 16:29



auteur : Claude-Aimé MOTONGANE
Titre : LE COFFRET DES SAVOIRS
éditeur : Carrefour du Net
parution : 2009
commande en ligne : http://carrefour-du-net.com/boutique/
Prix : 21 euros
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coffret des savoirs (Claude-Aimé Motongane) - prix Fondcombe 2010

Message par Admin le Mer 25 Nov - 20:36

Une incroyable aventure où l’on découvre le secret de nos savoirs. Elle a commencé il ya plusieurs milliers d’années. Dans une galaxie lointaine, le conseil a pris la décision de nous apporter le SAVOIR.

A des années lumières dans le futur, 3 missions sont mandatées pour apporter aux terriens à des époques et des lieux différents, le SAVOIR. Un coffret permet au travers de dix questions d'obtenir un parchemin. Des élus vont être témoins de cette étonnante aventure. En Chine, au temps des Aztèques et des pharaons, de grandes réalisations seront accomplies via un SAVOIR venu de l'extérieur. Au vingt et unième siècle un financier se retrouve mêlé à cet étrange projet. A travers des millénaires des hommes choisis, conçoivent ou détruisent grâce à leurs atypiques idées. Des fouilles continuelles font apparaitre des créations incompatibles avec leur époque. Setos et Esrol deux individus démoniaques font tout leur possible pour faire avorter la transmission du SAVOIR. Seul Jo, reste l’ultime témoin de l’étrange pouvoir d'un coffret exceptionnel.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Présentation du Coffret des savoirs

Message par mnca le Mer 25 Nov - 20:40

Imaginons que dans une galaxie lointaine, des êtres plus évolués que nous décident de nous apporter une partie de leurs savoirs. Telle est l'histoire contée par le "Le Coffret des Savoirs". On va découvrir dans notre livre qu'un coffret, au travers de 10 questions, permet à ceux qui auront la chance de le croiser, d'approfondir leurs connaissances et ainsi réaliser des actions ou des projets incompatibles avec leurs époques. Tout cela aurait été une balade, si 2 êtres perfides venus aussi du futur ne se seraient pas donnés pour objectif, de nuire au project galactique, uniquement pour des fins personnelles. Notre histoire nous permettra de revisiter plusieurs époques et continents; On redécouvrira ainsi l'Egypte de Thoumousis III, mais encore la Chine du prince de Quin, puis enfin la période précolombienne en Amérique Latine. Au travers de personnages confrontés au coffret, nous verrons jusqu'au 21ième siècle, comment bien des choses ont changé sur cette Terre, suite à cet étonnant projet venu de si loin. Seul Jo reste l'unique témoin de cette étonnante aventure ou la méchanceté, le vice, la souffrance, la douleur et l'égoïsme vont cohabiter ! Ce livre nous permettra de découvrir ce qui lie Descartes, Pascal, Hippocrate, Leonard de Vinci et bien d'autres...

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le savoir : quelques interrogations

Message par mnca le Mer 25 Nov - 21:07

Le savoir, certains disent que c’est ce qui reste lorsqu’on a tout oublié. Ce que l’on constate dans tous les cas, c’est que l’on peut apprendre à tout âge. Le savoir a pour compagnon la détermination. Il est inhérent au parcours de l’Homme. Il est évident d’utiliser mais concevoir implique la réflexion, se traduisant par l’étape du savoir. Une fois au fait, on peut prendre toute orientation. En son temps, Diogène a été considéré sénile. Avez-vous une idée du chemin parcouru pour nous permettre juste d’avoir les chiffres à disposition et notamment le magistral zéro ? Bien d’étranges chemins sont suivis pour que nous soyons aujourd’hui là. Indifférents, nous sommes dépositaires de biens des savoirs, peu se souviennent ni des concepteurs, ni des difficultés antérieures prévalentes. Seuls les chercheurs et les scientifiques continuent de s’interroger. Des éléments incohérents amènent à penser que nous avons eu droit à un coup de pouce venant d’un autre monde.

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'invention sur les chiffres et notamment le zéro

Message par mnca le Mer 25 Nov - 21:14

Extrait sur l’invention des chiffres
Daniel Motteau, professeur de Mathématiques, Septembre 2007
Le contexte
Les premiers chiffres furent des symboles utilisés pour regrouper des bâtons qui servaient à compter. Très naturellement, ces regroupements se firent par paquets de 5 ou de 10, puisqu'une main comporte 5 doigts et les deux 10. Le système décimal était né. Dans la numération romaine, apparue au 1er siècle avant JC, les symboles V X L C remplacent des ribambelles de traits qui seraient devenues très rapidement illisibles.

Mais ce type de numération, le plus courant pendant longtemps, a le grave défaut de prendre de la place et de nécessiter toujours de nouveaux symboles (chiffres) pour écrire les nombres de plus en plus grand.
Les Egyptiens
Les égyptiens, par exemple, disposaient de sept symboles pour représenter 1, 10, 100, 1000, 10 000 et jusqu'à 1 million. Mais au delà, ils ne pouvaient plus écrire de nombres. Pour écrire le nombre 9 999 999, ils avaient besoin de 63 caractères.
Les Babyloniens
Pourtant, bien avant cela, une idée géniale avait été trouvée, indépendamment, par les Babyloniens (1800 av JC), les Mayas (entre le Vème et le IXème siècle) et peut-être les Chinois et les Indiens (environ deux siècles av JC). Elle permettait de se contenter d'un petit nombre de symboles en attribuant au même symbole, différentes valeurs suivant son emplacement. C'est la numération de position que nous utilisons encore aujourd'hui : le chiffre 1 vaut 100 dans 143 et 1 dans 21.

Les Babyloniens, les premiers inventeurs, n'utilisaient que deux symboles pour écrire les nombres : le clou et le chevron. Ils commençaient par compter avec des clous de 1 à 9. Puis, ils utilisaient un chevron pour le 10, deux pour le 20, etc. Mais ils reprenaient le clou pour marquer 60. Ainsi donc, le même symbole pouvait représenter différentes valeurs selon la place qu'il occupait.
.........
.........
Juste avant l'an mille, Gerbert d'Aurillac, futur pape, tente sans grand succès de l'importer (le zéro) en Europe. Et ce n'est finalement qu'aux XII et XIIIème siècles que le zéro arrive enfin en Europe, avec l'ensemble des chiffres arabes, grâce notamment au mathématicien et commerçant italien Fibonacci, qui publie en 1202 le Liber Abacci...

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'os de Lebombo : histoire du zéro

Message par mnca le Mer 25 Nov - 21:18

Article extrait de la revue Afrik@raïbes mag
Le zéro : une prodigieuse invention africaine.

L’histoire universelle de l’apparition du zéro dans le domaine des mathématiques ne doit plus occulter sa découverte et son utilisation en Afrique noire.

Une grande question agite les cerveaux en matière de mathématique : l’homme a-t-il dû attendre l’apparition de l’écriture pour commencer à compter ou l’avait-il déjà fait auparavant, avec ses doigts par exemple ? Et surtout, avait-il déjà l’intuition du zéro avant même sa mention écrite ?

Les historiens ont coutume de dire que les premières traces écrites en Mésopotamie concernent essentiellement des comptes de cheptels bovins.
Ceci montre bien que le souci de compter est apparu très tôt dans l’histoire de l’humanité. Mais pour vraiment apprécier ce phénomène, il faut revenir en Afrique, terre de naissance de l’homme moderne. Les premières attestations de calculs mathématiques datent de 37 000 ans avant J. C. et c’est un os de babouin dit "Os de Lebombo" qui nous le prouve. Les traces de ce besoin de compter se retrouvent à vrai dire, partout en Afrique.

On peut le comprendre aisément. Pour chasser, pêcher, fabriquer des outils et mesurer le temps, l’homme a dû obligatoirement apprendre à compter pour subvenir à ses besoins. Il a donc mis au point des modes de calcul en se référant à ses mains et à ses doigts (base 5 et/ou base 10).

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sans connaissance comment statuer ?

Message par mnca le Mer 25 Nov - 21:29

Les nombreuses questions posées laissent le chamane perplexe. Où trouver toutes les réponses ? Les bras tendus, il prie dans sa chambre. Il invoque les dieux de l’écouter et de le guider. Il les exhorte à lui apporter quelque lumière. Va-t’il recevoir un signe ? Les dieux ne sont pas tenus de répondre. Dans l’impasse il faut se résoudre à exposer la vérité. Il passera le témoin une fois ses incapacités dévoilées. Son remplaçant pourra-t’il faire mieux ? Sa fonction est tellement sollicitée de tous les côtés que seul un individu exceptionnel doit remplir ce rôle. Pour l’instant, personne ne se rend compte de ses lacunes ! Qutzataquan continue d’écouter, soigner, conseiller et lire dans les signes, tout en sachant qu’il devra recourir au bluff dans les cas complexes. Son père surnommé le renard s’est révélé fin jongleur. En éduquant son fils, il lui a souvent fait remarquer que l’on doit assumer tous les choix avancés, quelque soit le prix. Un guérisseur ne dit jamais non, il est le détenteur du savoir : il doit répondre. Ainsi, jusqu’à sa mort, son père a su satisfaire les demandes les plus difficiles. Même lorsque ses réponses étaient arbitraires, il lui arrivait parfois qu’elles puissent convaincre. En cas d’échec, une pirouette accompagnée d’incantations magiques attribue aux dieux la décision de contrecarrer les désirs des uns et des autres. Qui peut reprocher aux dieux d’avoir finalement refusé d’exaucer une demande ? Après tout, ils ne rendent compte à personne. Ils ont même le droit de prendre votre vie. Qui sait, vous payez peut-être l’une de vos fautes. Qu’elle soit connue de vous ou non, dans tous les cas les dieux ont des décisions indiscutables.

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

un être supérieur

Message par mnca le Mer 25 Nov - 22:02

Ios saisit au vol cette opportunité pour lancer sa première colle :

Observez bien tout ce qui vous environne. Ne lésinez pas sur les détails. Je m’éloigne, dans cinq minutes je reviens vers vous !
Une fois le temps écoulé, le professeur de retour, lui demande de citer les yeux fermés, tous les objets présents dans la grotte. Malgré une concentration intense, Qutzataquan constate avec dépit son incapacité. Il peut tout juste citer à peine dix pour cent de ce qu’il a observé avec attention. Pour l’achever, Ios ferme ses yeux et commence à lister avec une rigueur impériale chacun des élements se trouvant dans la caverne. Il en précise la position, la forme, la couleur, afin que son élève puisse effectuer les vérifications sans ambiguîté. Même les ustensiles totalement inconnus ne peuvent faire l’objet du moindre doute. Aucune erreur n’est commise, pourtant Ios ne s’est accordé aucune faveur spécifique. Il s’est soumis au même exercice.

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'apparition

Message par mnca le Mer 25 Nov - 22:08

Le prince de Qin agenouillé prie et demande à ses dieux de lui venir en aide. Il sait qu’il ne doit pas décevoir tous les pères qui l’ont précédé. Il lui faudra un jour transmettre à ses héritiers un véritable territoire et non un morceau de gruyère. Il a la sensation étrange d’une présence dans son dos. Il se retient d’ouvrir les yeux car il sait que cela est impossible avec tous les gardes au dehors. Sa porte est de plus fermée à double tour de l’intérieur et la clé est dans la poche de son peignoir. Alors qu’il se concentre pour invoquer ses ancêtres afin qu’ils lui lui apportent conseil et sagesse, il se sent à nouveau observé. Il se retourne pour effectuer une simple vérification. Surpris par l’étrange présence qu’il perçoit, il tente d’appeler la garde. Il est assommé avant d’avoir exprimé le moindre mot. Sous le choc, il tombe évanoui. Peu de temps après, il reprend connaissance.

mnca

Messages : 7
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

La préface

Message par dhallepee le Mer 25 Nov - 23:03

L’intelligence repose sur deux concepts fondamentaux :
- la capacité d’apprendre,
- la capacité de transmettre le savoir.
Ce sont ces deux capacités qui ont propulsé l’animal humain en tête de la course à l’évolution.

La capacité d’apprendre, c’est l’art de trouver des solutions neuves à des problèmes nouveaux. C’est l’amélioration constante des savoirs. Ce n’est pas seulement un lent processus d’adaptation : c’est l’innovation qui apporte la rupture. Ce sens de l’innovation est largement répandu dans l’espèce humaine. En période de crise, les solutions jaillissent simultanément aux quatre extrémités de la terre. C’est ainsi qu’il y a environ 10 000 ans, lors d’une période climatique peu propice à la cueillette et à la chasse, l’homme a commencé à sélectionner puis cultiver les graines de céréales, entamant ainsi le lent processus qui le conduisit à l’agriculture puis à notre monde moderne. On a constaté que l’apparition de graines cultivées se produisit à peu près simultanément dans toutes les régions du monde.

La capacité de transmettre le savoir permet d’enregistrer l’innovation et de la transmettre au cercle tribal, sociétal ou mondial. Cette capacité de transmettre le savoir accélère le processus individuel d’apprentissage en évitant de reprendre chaque fois le long processus de recherche. Cette capacité de transmettre le savoir est aussi source de pouvoir celui qui contrôle la connaissance contrôle le cercle tribal ou sociétal. Protéger le savoir devient un enjeu. Limiter sa diffusion donne un avantage fondamental. La diffusion du savoir et son contrôle sont ainsi à l’origine des structures religieuses et sociales.

Ainsi, diffuser la connaissance, c’est bâtir le monde de demain. C’est donner à l’homme les outils pour de nouvelles innovations qui lui permettront de bouleverser son environnement. Pour le meilleur et pour le pire.

Si l’on rencontre un jour, au cours de nos explorations spatiales, une race intelligente, on constatera que son intelligence repose elle-aussi sur l’acquisition et la diffusion des savoirs.

Imaginons une civilisation lointaine qui cherche des dépositaires pour les plus précieux savoirs. La Terre est un terrain d’accueil idéal où la connaissance croîtra et se multipliera. Mais où il sera malaisé de la tenir sous contrôle et où il est impossible de dire ce qui en sera fait.

Didier HALLÉPÉE

_________________
Didier
avatar
dhallepee

Messages : 510
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

contexte historique

Message par Tuppence le Mer 2 Déc - 20:38

Le livre se passe à quatre époques : l'égypte antique, l'empire de Chine, l'empire Inca et de nos jours.

La description des époques a l'air réaliste. Est-elle fidèle ou romancée ? Y a-t-il un support historique ?

Tuppence

Messages : 27
Date d'inscription : 02/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coffret des savoirs (Claude-Aimé Motongane) - prix Fondcombe 2010

Message par Admin le Jeu 25 Mar - 2:38

les personnages sont romancés, mais ils s'illustrent dans un contexte historique et culturel réel.

Chacune des époques choisies a effectivement vu naître des progrès importants pour l'humanité. L'auteur a simpplement donné à ces progrès une origine extra-terrestre.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

La Galaxie lointaine

Message par Admin le Mer 31 Mar - 11:15

La Galaxie lointaine

Quelque part dans une galaxie bien lointaine, se tient le conseil. La décision vient enfin de tomber, trois vaisseaux vont partir vers des destinations terrestres. Malgré les manigances de Setos et Esrol, des ambassadeurs ont été désigné par les sages, pour diriger les différents navires. La technologie fort avancée, doit permettre d’atteindre la Terre, via des vitesses inconnues de nous autres humains. Le projet a failli avorter d’une voix, lorsque Realem a une fois de plus vérifié son surnom de protée. Durant les deux premiers votes, l’homme a été le meneur des opposants. Il s’est permis d’attirer l’attention du conseil, sur les nombreux risques encourus. Heureusement qu’il est versatile. En songeant à son avenir, par prudence il s’est rallié à la majorité, lors de la dernière délibération. Chance pour tous, ce tour compte triple. Au grand dam de Setos et Esrol, fort déçus d’avoir tout misé sur leur comparse. Par péché d’orgueil, ils n’ont pas prévu de plan de rechange. Ils étaient tellement sûrs d’avoir gain de cause.

Actuellement on active pour le départ. Dans chaque vaisseau, on charge un objet très précieux : un coffret.

— Avez-vous appliqué le procédé spécifique de lignification pour l’inviolabilité, demande Actarus ?

— J’ai personnellement testé chaque cassette avec sa clé, tout est ok ! Vous pouvez me faire confiance, répond le prévôt.

— Passez impérativement tous les tests de sécurité, ordonne Ios aux chefs de mission.

Le simple clou appliqué sur la serrure, mute la cassette de l’or en un bois, aussi résistant qu’un granite. Les nombreux coups assénés sur cette dernière, y compris tous les modèles d’armes à feu employés, ne peuvent venir à bout de son mécanisme de protection. Le processus réitéré, sur les deux autres coffrets, confirme son inviolabilité. L’application de la clé sur chaque serrure, lui rend aussitôt son aspect initial. Le prévôt satisfait, remet à chaque chef de mission, les clés qui lui sont dues. Une fois les formalités administratives effectuées, il n’en est plus responsable. Seul les ambassadeurs sauront ce qu’ils vont en faire. Le contrôleur regrette de ne pouvoir être de la partie. Tant pis, à chacun sa place.

En voyant les préparatifs se dérouler sans incident, dans sa cache Setos fulmine. Son escarmouche a échoué. Il s’est investi pour rien. Il a tant espéré faire avorter ce projet. Quel idiot, ce Realem. Il va falloir passer au plan B. La Terre est un gâteau qu’il se réservait. Peu avancée, il avait à sa convenance la possibilité d’y déployer, toutes ses avances technologiques. Que d’aventures et de plaisirs sont maintenant gâchés ? C’est facile pour une poignée d’hommes de vouloir dispenser gratuitement ce que les millénaires ont permis d’acquérir. Ont-ils demandé l’avis de tous ? Setos décide de prendre les devants :

— Esrol il est temps de contrecarrer tout ça. Montrons leur qu’ils vont avoir du fil à retordre. Nous allons leur réserver une surprise.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Qutzataquan

Message par Admin le Mer 31 Mar - 11:20

Il a succédé à son père, comme le sien avant lui. Cela dure depuis des générations. Issu d’une famille de grands sorciers, sa voie était toute tracée. Quoique très respecté, il regrette toutefois, l’absence de véritables repères. Sa fonction requiert une certaine omniscience face aux nombreuses responsabilités qui lui incombent. Il est le grand sage, il possède donc les réponses sur tout sujet abordé.

Bel homme et élancé, le sorcier est âgé d’une trentaine d’années. Malgré son ascendance sur la gent féminine de la tribu, il ne se résout pas comme son père à en tirer quelques avantages en nature. Que de fois il a surpris son prédécesseur dans l’une des grottes dites sacrées, en plein acte de copulation. Adolescent cela l’a dégoûté. L’âge évoluant, il a fini par se faire une raison. Maintenant qu’il a repris les rênes, il prend sa tâche très au sérieux. Céder aux avances des femmes mariées peut ébranler l’accalmie relative de ce village sans histoires. Pour restreindre les nombreuses provocations des femmes les plus coquines, auxquelles s’ajoutent toutes celles des jeunes filles célibataires, Qutzataquan doit se caser au plus tôt. Le roi lui en fait régulièrement la recommandation. Il doit penser à sa succession. Il peut mettre la tradition en péril. Notamment lorsqu’il parcourt les bois à la recherche de nouvelles plantes, ou chaque fois qu’il teste ses décoctions expérimentales. Parfois il s’en est fallu de peu, qu’il ne passe l’arme à gauche. Son dernier essai comme cobaye pour qualifier de nouveaux champignons a été limite. Les boutures pilées et extraites de ces végétaux se sont toutes révélées vénéneuses et hallucinogènes. Heureusement qu’il a réussi à dégurgiter à temps, tout ce que contenait son estomac. Sa situation sans progéniture exige de la prudence. Mais comment apprendre sans maître, comment savoir sans pratique des sciences ? Qutzataquan connait ses limites. Que faire, tout le village le sollicite de plus en plus ? La pertinence de certaines interrogations lui devient insupportable. Comment trouver le sommeil alors qu’on mystifie ses proches ? Le jour où il craquera il avouera à tous son impuissance. Rien que le roi à lui tout seul est devenu l’un des ses principaux soucis.

Il est aussi l’exécuteur des rites qu’il abhorre. La tradition impose le sacrifice de jeunes vierges. Il ne sait pas comment un jour, convaincre le souverain d’abroger ce rite barbare. C’est toujours à lui, qu’incombe de porter les coups de couteau fatidiques. Les spectateurs pensent que c’est une simple tâche à exécuter, mais hélas il lui faut une grande maîtrise de soi pour ne pas afficher son dégout.

Les nombreuses questions posées laissent le chamane perplexe. Où trouver toutes les réponses ? Les bras tendus, il prie dans sa chambre. Il invoque les dieux de l’écouter et de le guider. Il les exhorte à lui apporter quelque lumière. Va-t-il recevoir un signe ? Les dieux ne sont pas tenus de répondre. Dans l’impasse il faut se résoudre à exposer la vérité. Il passera le témoin une fois ses incapacités dévoilées. Son remplaçant pourra-t-il faire mieux ? Sa fonction est tellement sollicitée de tous les côtés que seul un individu exceptionnel doit remplir ce rôle. Pour l’instant, personne ne se rend compte de ses lacunes ! Qutzataquan continue d’écouter, soigner, conseiller et lire dans les signes, tout en sachant qu’il devra recourir au bluff dans les cas complexes. Son père surnommé le renard s’est révélé fin jongleur. En éduquant son fils, il lui a souvent fait remarquer que l’on doit assumer tous les choix avancés, quelque soit le prix. Un guérisseur ne dit jamais non, il est le détenteur du savoir : il doit répondre. Ainsi, jusqu’à sa mort, son père a su satisfaire les demandes les plus difficiles. Même lorsque ses réponses étaient arbitraires, il lui arrivait parfois qu’elles puissent convaincre. En cas d’échec, une pirouette accompagnée d’incantations magiques attribue aux dieux la décision de contrecarrer les désirs des uns et des autres. Qui peut reprocher aux dieux d’avoir finalement refusé d’exaucer une demande ? Après tout, ils ne rendent compte à personne. Ils ont même le droit de prendre votre vie. Qui sait, vous payez peut-être l’une de vos fautes. Qu’elle soit connue de vous ou non, dans tous les cas les dieux ont des décisions indiscutables.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

L'Egypte

Message par Admin le Mer 31 Mar - 11:25

Nous sommes sous la XIIIème dynastie, dans la capitale Thèbe. Nous nous situons aux environs de 1500 avant la naissance de Jésus Christ. Le pharaon Hatshepsout vient de rejoindre l’au-delà. Son fils Touthmôsis III vient d’accéder au trône, après plus d’une vingtaine d’années de régence de sa mère. Le nouveau Dieu divin doit relever de nombreux défis. Sa mère peu avant sa mort a initié des expéditions commerciales vers le royaume de Pount, mais l’annonce de son décès a entraîné le non respect des accords signés. Les lourds investissements effectués n’ont pas été rentabilisé, les caisses de l’état sont vides. A cela s’ajoutent le soulèvement de leurs ennemis jurés les Mitanniens, la population appauvrie et la mauvaise gestion des prêtres dans les temples. Ces derniers, intouchables durant le règne qui vient de s’écouler, se sont lancés dans toutes sortes de trafics. Pour clore le tout, l’Égypte est un royaume replié sur lui-même, tout est à reconstruire.

Le pharaon vient de rencontrer son premier ministre, l’état des lieux des Deux-Terres est catastrophique. Touthmôsis III porte son pagne plissé et la double couronne de la Haute et Basse Égypte. Il doit recevoir les lettres de créance des nouveaux ambassadeurs. Il redoute sa rencontre avec l’émissaire Mitannien. L’homme revendiquera sûrement un tribut élevé, profitant de la désorganisation actuelle du pays. En temps ordinaire, on peut se prémunir de tels affronts en exhibant ses forces vives. Cela peut aussi conduire à engager une campagne punitive vers un voisin provocateur, mais les conditions ne s’y prêtent guère. Il faut jouer serrer pour éviter une guerre immédiate. L’Egypte n’est pas suffisamment prête. Il vaut mieux supporter une facture importante. Mais comment la régler avec des coffres béants ? La soif de pouvoir de sa mère l’a amenée à décider sans consulter les experts. Elle a progressivement laissé se dégrader toutes les fonctions régaliennes de l’état. Le temps est aujourd’hui compté, l’Égypte doit regagner au plus tôt sa stature. C’est une honte pour un pharaon de devoir acheter la paix, ne disposant pas d’une dissuasion suffisante. Il suffit juste de jauger la piteuse armée égyptienne. Elle s’est affaiblie après sa longue période d’inactivité. Le souverain doit trouver le moyen de rencontrer au plus tôt les généraux et les gouverneurs de la Haute et Basse Égypte. Quel discours arrêter face à ces hommes plus âgés. Tous représentent le pouvoir. Ils se sont accommodés pendant le règne précédent à être les seuls maîtres de leurs décisions. Comment reprendre la main ? Un pharaon inexpérimenté va-t-il faire le poids pour exiger leur soumission ? Touthmôsis III n’a droit qu’à une seule chance pour les convaincre de rejoindre son étendard. Il devra user de finesse, pour s’imposer face à ces hommes possédant le réel pouvoir. Après tout, il a les prérogatives de Râ. Un Dieu vivant doit tracer la route. Et tous doivent la suivre.

Dur labeur pour démarrer un règne. Sa mère n’a jamais osé interrompre les ambitieux projets des prêtres. La concurrence entre les temples a grignoté la majorité, des réserves disponibles dans les caisses du trésor. L’état, unique pourvoyeur de l’église, a supporté sans réserve la profusion des constructions injustifiées. Hatshepsout a toujours fermé les yeux, elle n’est intervenue sur aucune folie des prêtes. A peine au pouvoir, Touthmôsis III découvre tous les jours, l’ampleur des dettes à couvrir. Son bureau est encombré d’une foultitude d’engagements de dépenses. Tous ont été accordé sans raison par son prédécesseur. Comment a t’elle pu accepter, l’élévation d’un nouveau temple d’Amon ? Cela est incroyable, elle en a inauguré un autre la précédente année.

A-t-elle oublié que la famine se propage dans la capitale ? Le grand prêtre concerné, insouciant, en a profité pour affirmer sa supériorité sur les autres temples. Il précise à tous, qu’il possède un lieu de culte exemplaire. Son patrimoine comporte les plus grands piliers du pays, un mur d’enceinte à hauteur exceptionnelle, des pylônes de marbre et la plus impériale cour hypostyle. Tout ça est fort beau à voir, mais si la guerre éclate, aucun temple ne pourra sauver l’Egypte. Actuellement les caisses sont vides. L’accumulation de mauvaises décisions a affaibli le royaume. Touthmôsis III doit rapidement prendre les mesures les plus urgentes.

— Faites entrer les différents ambassadeurs, propose le pharaon au grand chambellan, tout en s’asseyant sur son trône.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

L'empire

Message par Admin le Mer 31 Mar - 11:26

Nous sommes quelque part en Chine, environ en 221 avant JC. Dans son palais le prince de Qin, jeune empereur de vingt ans, se lève de son grand lit à baldaquin. A travers les draps, on perçoit Lee Tchin, l’une des ses nombreuses concubines. Elle est aussi sa préférée. En bougeant, elle lui offre l’image de sa fine silhouette nue sous son déshabillé de soie. La nuit a été houleuse car la princesse est une spécialiste en caresses voluptueuses. Elle marque ainsi le jour où elle est honorée, par une insatiabilité exacerbée. Elle pense ainsi avoir la main mise sur le souverain, du moins le croit-elle. C’est un privilège, pour chacune des cent femmes appartenant à l’empereur de se savoir visitée au moins une nuit. Certaines n’ont jamais eu cette impériale opportunité. Le prince a selon la tradition hérité de toutes les femmes de son père, sa mère incluse. Il s’y est ajouté toutes celles offertes par les états vassaux et les ambassadeurs étrangers. Il affectionne particulièrement Lee Tchin. Elle sait se faire si discrète dans le palais mais être un tigre lors de leurs effusions intimes. S’il continue à afficher autant sa préférence au grand jour, il va susciter de plus en plus de jalousie. Les querelles fréquentes dans ses appartements requièrent l’intervention de plus en plus d’eunuques. Les femmes, attisées par l’absence régulière du souverain à visiter leur couche, explosent à la moindre provocation. Les disputes font rage dans les quartiers privés.

Fini les rêvasseries, il faut se vêtir. Le souverain claque des mains. Il est environ huit heures. Les esclaves avancent vers lui à reculons. Interdiction formelle de rencontrer ses yeux. Il a droit de vie ou mort sur chacune d’entre elles. Chaque intervenante connaît sa tache. Les gestes sont précis. Très rapidement le prince est lavé, habillé et fin prêt. Son petit déjeuner ne se comporte que de pousses de bambou et de thé à base de feuilles de jasmin. Après quelques ablutions rapides, gavé il se dirige vers la salle du trône. Il doit recevoir ses principaux conseillers. Tous doivent déjà l’attendre : tel est le protocole.

Le page pousse la porte. A son arrivée, toutes les personnes présentes se courbent. Le prince par un geste, leur accorde le droit de se relever. Il s’assoit sur son trône et fait signe pour que l’on puisse aborder le premier point du jour.

Le protocole Xian est très strict. Les hommes, bien que tous notables, doivent rester debout à vingt pas. Seul celui habilité à parler, peut être invité par l’empereur à s’avancer de trois pas. Il ne doit jamais franchir la limite des premières marches de l’escalier. Le fauteuil impérial est situé à l’étage supérieur, aucun visiteur ne doit se trouver plus haut que l’empereur. Un mur de gardes empêche de franchir le cordon de sécurité.

Un vieillard demande à prendre la parole. L’empereur lui fait signe d’avancer. Tout en courbettes il s’exécute aussitôt. Il a atteint la limite autorisée. Tête baissée, il attend l’ordre de s’exprimer L’empereur lève la main, il peut démarrer son propos. Chi Xingu est un mandarin des plus respectables, il a été le principal conseiller du père de Qin. C’est un homme plein de sagesse. On le considère comme un vénérable. Son âge lui confère respect et une grande écoute de tous. Bien que n’occupant plus de fonction politique, les plus puissants des ministres présents dans la salle le craignent.

— Je souhaite une bonne journée et une vie pleine de bonheur, à notre bienveillant prince de Qin, protecteur de nos vies et pourvoyeur de nos joies, dit-il.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Retrouvailles

Message par Admin le Mer 31 Mar - 11:33

Jo regarde sa montre, c’est le moment de s’éclipser en douce. Une nouvelle chanteuse, en tenue glamour, vient de rejoindre l’orchestre. Pendant que les regards convergent vers elle, il prend la direction de la sortie. Pensif, il observe la scène tout en avançant. L’inévitable survient, il heurte quelqu’un. Il s’affaisse près de la porte. Une femme honteuse l’aide à se relever. Elle se morfond en excuses pour avoir osé barrer le chemin de l’homme le plus important de la soirée. Jo lève la tête. Il reconnait cette voix. Jamais il n’a oublié ce timbre, ni ce regard. Le sourire qu’il croise est celui qui le hante toutes les nuits. Judith éblouissante lui fait face. Son cœur devient incontrôlable. Il ne sait quoi dire, la femme ne le reconnaît pas.

Prenant l’une des pauses enseignées par Ios, il affiche sa suffisance. Il faut qu’il l’impressionne :

— J’imagine que votre coup était prémédité : c’est un bon moyen pour éliminer son PDG. Qui êtes-vous ?

— Je ne suis que l’une de vos modestes infirmières, monsieur le président. C’est un déplorable accident, je ne sais quoi vous dire. Ressentez-vous une quelconque douleur après votre chute ? Je puis vous assister dans notre service, si vous le désirez.

— J’ai effectivement un peu mal au poignet et en divers endroits. Où dois-je vous suivre pour un check-up ?

Judith et Jo prennent un escalier sur la droite. C’est un raccourci menant directement au service d’urgences. L’infirmière est angoissée par les conséquences de cette bourde. Le matin même, on lui a proposé le poste d’infirmière en chef. Un rapport du grand patron risque de remettre en question cette opportunité en or. Elle perdra alors un gros avantage : son salaire doit doubler.

— Montrez-moi votre main. Lorsque j’appuis ici, avez-vous mal ?

— Je crois ne plus ressentir la moindre peine. Regardez à tout hasard l’autre main.

La femme avec la dextérité d’un chirurgien, lui palpe chacun des doigts. Selon elle tout va bien.

— J’ai beaucoup apprécié la souplesse de vos gestes. Je puis affirmer que tout est Ok.

— Je vous en prie, ne chargez pas mon dossier, j’aime mon travail. Notre rencontre malheureuse ne doit pas nuire à ma carrière. Jamais plus vous n’entendrez parler de moi.

— Comment vous appelez vous ?

— Je m’appelle Judith. Puis-je maintenant partir, je dois rentrer : j’ai ma première garde qui démarre demain à 6h ?

— Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur vous ?

— Je ne dispose plus d’un temps suffisant pour converser, j’habite à deux kilomètres d’ici. Je dois marcher à grands pas, si je veux rapidement gagner mon lit. Une fois de plus, toutes mes excuses monsieur le président.

— Attendez, je suis moi-même un peu fatigué, puis-je vous déposer à l’endroit de votre choix ?

— Ne serait-ce pas une tactique rodée pour m’entraîner dans un quelconque piège ? Je suis sûr qu’en cas d’ennui avec vous, il est inutile d’aller porter plainte. Vos relations sauront couvrir vos méfaits. Je préfère donc m’abstenir de prendre des risques en territoire inconnu. Il coûte fort cher de s’aventurer en terrain miné.

— Si ma présence vous fait peur, je vous propose alors tout simplement, d’être raccompagné par mon chauffeur. Je vais rester attendre son retour ici. Cela vous parait-il à votre convenance ?

— Je préfère cette solution. Mais n’attendez rien de moi en échange de votre proposition. Je vous remercie malgré tout.

Le chauffeur est prié par Jo d’aller déposer la femme convoitée. En aparté, le PDG lui souffle quelques mots, il lui confie une petite mission. Juste en disant bye au grand patron, l’infirmière rejoint la voiture. Elle a remarqué une minute plus tôt le manège entre le conducteur et son patron. Que signifient leurs messes basses ? Elle prie pour qu’il n’y ait pas une entourloupe derrière une assistance aussi facile.

Ios Junior est subjugué, la femme qu’il a tant aimée n’a pas changé. Elle ne l’a même pas reconnu. Cela est logique après toutes ses transformations : même sa voix a évolué suite à ses nombreux cours de diction. Lui l’obèse est aujourd’hui svelte. Il est diffcile de faire un rapprochement entre ses cheveux argentés à la coupe courte et soignée et son ancienne crinière hippie. Ses manières raffinées et son habillement parfait l’éloignent totalement du Jo initial. Mais c’est sans aucun doute son nez repris par un chirurgien esthétique après une chute de ski qui a le plus modifié son visage. Même sa dentition est parfaite : il l’a entièrement refaite comme celle d’un acteur. Toutes les traces de cigarettes ont disparu. Son sourire éclate de blancheur. Le comble est sa façon de marcher. Ios l’a tant pris en main qu’il ressemble plus a un homme défilant sur les planches. En définitive rien ne peut le relier à son passé. On peut donc comprendre que Judith n’ai pu le relier à son passé.

Dans la limousine qui conduit l’infirmière chez elle, la demoiselle s’interroge. Pourquoi tant d’insistance pour une employée ? Un homme, avec autant de moyens, doit avoir l’embarras du choix. Son arrangement suspect avec son chauffeur semble présumer un coup imprévisible. Il n’est pas exclu qu’on lui annonce une panne de voiture ou qu’elle n’arrive jamais chez elle. Pourquoi a-t-elle accepté d’être reconduite ? Alors qu’elle commence à ruminer les plus sombres pensées, l’homme assis à l’avant lui annonce par l’interphone qu’ils sont pratiquement arrivés. Une fois à destination, le chauffeur l’informe qu’il doit l’accompagner jusqu’à sa porte. Ce sont les directives de son patron. Judith s’attend à un coup fourré de dernière minute, mais rien ne se passe. Une fois à l’intérieur de son appartement, l’homme s’en va. Elle a finalement bien mal jugé son PDG. Il n’avait peut-être aucune mauvaise intention : son chauffeur et lui ont peut-être échangé sur un autre sujet.
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

la préface

Message par rd_pain le Mar 8 Juin - 13:48

J'ai eu l'occasion d'aprécier les oeuvres de l'auteur de cette préface. Et cette préface est bien digne de lui.

Du coup, ça m'a donné envie de lire le Coffret des Savoirs. Je n'ai pas été déçu.

Et, de manière étonnante, l'auteur a réussi à inclure un clin d'oeil sur le chat mau égyptien et un clin d'oeil sur le jeu de go.

Bref, un bon moment de détente.

rd_pain

Messages : 14
Date d'inscription : 13/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'Egypte, les Incas, La Chine : un beau voyage

Message par Elrond le Mar 8 Juin - 18:57

Un très beau voyage à travers l'Egypte des pharaons, l'empire Inca et la chine impériale !

On croirait voir l'histoire qui se dessine sur un fond de science-fiction. Très bien imaginé !

Et si c'était vrai...

Elrond

Messages : 8
Date d'inscription : 08/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coffret des savoirs (Claude-Aimé Motongane) - prix Fondcombe 2010

Message par Admin le Dim 10 Nov - 23:49

Note : Prix Fondcombe 2010
avatar
Admin
Admin

Messages : 121
Date d'inscription : 24/11/2009

http://fondcombe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le coffret des savoirs (Claude-Aimé Motongane) - prix Fondcombe 2010

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum