L'auto-édition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'auto-édition

Message par dhallepee le Sam 16 Oct - 15:21

Il y a 3 moyens d'éditer son oeuvre : l'édition à compte d'éditeur, l'édition à compte d'auteur et l'auto-édition.

Dans l'édition à compte d'éditeur, tous les frais d'édition et de promotion sont assurés par l'éditeur. Le contrat d'édition indique les conditions qui lient l'auteur à l'éditeur ainsi que les droits d'auteur qui seront reversés. Dans ce type de contrat, l'auteur est lié à l'éditeur et ne peut plus reprendre son oeuvre pour la publier ailleurs. Les droits d'auteur pat livre sont faibles et ne sont intéressants que s'il y a beaucoup de ventes

Dans l'édition à compte d'auteur, tous les frais d'édition, de promotion et de diffusion sont assurés par l'auteur qui reste seul propriétaire des droits liés à son oeuvre. Si le livre se vend, c'est très rentable. Mais en général, pour un jeune auteur, c'est une dépense qui ne permet pas la diffusion du livre...

Le jeune auteur inconnu aura du mal à intéresser une grande maison d'édition à ses oeuvres. Aussi tombe-t-il souvent sur des maisons prêtes à éditer tout ce qui se présente. En contrepartie, la maison d'édition demande une participation financière non négligeable. Et souvent, la promotion et la diffusion sont finalement inexistantes. Finalement, la différence avec l'édition à compte d'auteur dans ce cas, c'est que les droits liés à l'oeuvre n'appartiennent même plus à l'auteur !

Il existe une troisième formule : l'auto-édition. Dans cette formule, l'auteur et l'éditeur assument chacun une partie des frais, s'accordent sur le financement des stocks nécessaires et se partagent le prix de vente des oeuvres. Chacun des deux a intérêt à promouvoir l'oeuvre, ainsi les efforts de promotion s'ajoutent. De plus, l'auteur reste propriétaire de ses droits et peut donc changer d'éditeur facilement. Pour un livre de petit tirage, c'est la formule qui permet à la fois de voir son livre sortir et de rentabiliser sans trop de difficultés.

Evidemment, un livre qui se vendra à moins de 100 ou 200 exemplaires sera difficilement rentable. Le premier roman d'un inconnu est particulièrement difficile à vendre... Aussi, la capacité du jeune auteur à faire connaître son livre et à ameuter ses réseaux est un élément primordial dans le succès.

Alors, pour avoir du succès, faites-vous connaître...

En ce qui me concerne, j'ai publié mes livres chez Carrefour-du-net http://carrefour-du-net.com en auto-édition. Les éfforts de l'éditeur et de l'auteur se complètent et je vais au moins rentrer dans mes frais dans des délais raisonnables. 0 moyen terme, ça me permet de financer les oeuvres suivantes.


Dernière édition par dhallepee le Dim 7 Juin - 22:30, édité 1 fois

_________________
Didier
avatar
dhallepee

Messages : 510
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'auto-édition

Message par dhallepee le Sam 16 Oct - 15:22

en auto-édition, le service rendu a bien entendu un coût. Il faut vérifier que ce service correspond à son besoin.

Les prix que je vais donner ne sont qu'un ordre de grandeur. Ils peuvent différer d'un éditeur à l'autre.

- formule la plus simple : édition du livre - pas de dépot légal ni référencement ni vente en librairie - une dizaine ou une vingtaine d'exemplaires pour l'auteur - de l'ordre de 500 euros

- formule intermédiaire : édition du livre - dépot légal - identiification ISBN - une cinquantaine d'exemplaires pour l'auteur - de l'ordre de 1000 euros

- formule complète : édition du livre - dépot légal - identiification ISBN - référencement auprès d'Electre (la base de données des libraires), GDIL (le grossiste des libraires, Fnac.com, Amazon.fr) - un certain nombre d'exemplaires pour le stock initial - une cinquantaine d'exemplaires pour l'auteur - de l'ordre de 1500 euros


Par la suite, l'auteur finance les stocks (environ 50% du prix de vente) et reçoit le prix de vente.

En vente directe par l'auteur, celui-ci gagne donc la moitié du prix de vente (la totalité sur ses premiers 50 exemplaires). En vente par libraire, il reste 20 à 30 %. En vente par distributeur, il reste environ 5%.

_________________
Didier
avatar
dhallepee

Messages : 510
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'auto-édition

Message par Sebastien Brunello le Dim 7 Juin - 17:21

Bonjour,

Chaque type d’édition a bien sûr ses avantages, et il convient de choisir avec soin celle qui convient à chacun.

Vous me semblez toutefois présenter sous un angle bien noir le compte d’éditeur, sous-entendant un attachement contraint de l'auteur à sa maison et des droits d'auteur très faibles. Cela est vrai dans les grandes maisons, où le volume de ventes ( ou à défaut la renommée ) prétend combler ces défauts en partie; les petites maisons obéissent souvent à d'autres règles.

L'auteur y étant souvent débutant ou peu connu, se l'attacher est moins vital pour l'éditeur, les livres n'ayant pas une vie très longue, contrairement à Levy ou Musso. Les conditions de ruptures sont souvent relativement souples ( lettre recommandée et préavis d'un mois sont monnaie courante). Pour les droits, les petites maisons permettent elles-aussi souvent d'acheter des stocks à prix réduit, dans la zone habituelle des 50%. L'auteur peut donc vendre lui-même ces exemplaires et se constituer un petit pécule. Si l'on ajoute cela à la gratuité déjà énoncée concernant la correction, la mise en page, etc...l'option devient intéressante.

Reste le point négatif : une petite maison ne peut guère vous soutenir plus qu'un imprimeur. Peut-être a-t-elle un ou deux journalistes locaux, deux-trois adresses de salons et une poignée de libraires réceptifs dans son carnet, mais rien de plus.

Après, cela s'applique à votre éditeur local, qui vous rencontre et vous connaît, pas à la collection blanche de Gallimard...

Sebastien Brunello

Messages : 2
Date d'inscription : 07/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'auto-édition

Message par dhallepee le Dim 7 Juin - 22:37

Pour les petits éditeurs, il y a à prendre et à laisser.
Je recommandent d'éviter les éditeurs qui, à compte d'éditeur, réclament aussi une participation de l'auteur... Autant publier en auto-édition
Je n'encouragerais pas à passer par un éditeur qui évite les relectures et corrections : c'est son métier de produire un livre de qualité
Mais le plus important : comment l'éditeur compte-t-il faire connaître ses auteurs de façon à ce que ceux-ci atteignent un seul de rentabilité de 500 exemplaires.

Petit éditeur, un métier difficile qui mérite d'être encouragé, mais où tous ne sont pas bons.

_________________
Didier
avatar
dhallepee

Messages : 510
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'auto-édition

Message par denis.kientzel le Mer 10 Juin - 11:19

dhallepee a écrit: les éditeurs qui, à compte d'éditeur, réclament aussi une participation de l'auteur...

Bonjour Didier, bonjour à tous

Je ne suis pas sûr de bien entendre ce que tu écris... S'ils réclament une participation, ce n'est pas à compte d'éditeur.
Ou alors, fais tu allusion à une participation financière de l'auteur aux frais liés aux salons et/ou la promotion ?

Et que penser des éditeurs qui n'acceptent d'éditer qu'à condition d'un nombre suffisant de pré commandes ? Pour un tout premier ouvrage, un créneau de 300 à 500 exemplaires est optimiste.

En fait je viens de lire un article, en langue anglaise, et effectivement, il existe aussi aux States 3 formules d'édition : "Self publishing", "Editor" et ... "Vanity publishing" ! C'est tout dire.
avatar
denis.kientzel

Messages : 3
Date d'inscription : 06/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'auto-édition

Message par dhallepee le Mer 10 Juin - 11:41

denis.kientzel a écrit:

Je ne suis pas sûr de bien entendre ce que tu écris... S'ils réclament une participation, ce n'est pas à compte d'éditeur.
Ou alors, fais tu allusion à une participation financière de l'auteur aux frais liés aux salons et/ou la promotion ?

J'ai rencontré plusieurs cas d'éditeurs qui publiaient "à compte d'éditeur" mais réclamaient une "modeste" participation à l'auteur pour le premier tirage. Plusieurs milliers d'euros !
Ainsi, l'auteur avait les mêmes frais qu'en auto-édition, tout en cédant ses droits et en n'étant pas propriétaire du stock...
En général, les auteurs ne publient pas de deuxième livre chez de tels partenaires.




_________________
Didier
avatar
dhallepee

Messages : 510
Date d'inscription : 24/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'auto-édition

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum